L’Oraison avec le corps


La prière silencieuse était autrefois désignée par le mot oraison. Ce mot vient du latin orare qui signifie prier.

Thérèse d’Avila distingue plusieurs façons de prier, qu’elle regroupe en deux catégories : la prière vocale et la prière silencieuse

la prière vocale s’exprime à voix à voix haute : elle peut être chantée, récitée ou spontanée
la prière silencieuse comprend plusieurs façons de prier :

la prière mentale qui peut être chantée, récitée ou spontanée, mais à l’intérieur de soi, en silence ; la réflexion à partir de textes de la Bible : on appelle cette dernière forme de prière « méditation » dans la tradition chrétienne.

Thérèse d’Avila distingue, en plus de ces diverses façon de prier en silence, la prière contemplative ou contemplation.

Dans la prière silencieuse mentale le psychisme est actif : on utilise des mots, on réfléchit, on agite des idées et on tire des conclusions.
Dans la prière contemplative on se tient dans le silence intérieur , dans une attitude de recevoir: « Contempler, c’est recevoir ». (Saint Jean de la Croix) .
L’expérience de Dieu ne peut être reçue que de Lui puisque ni l’imagination, ni l’affectivité, pas même la raison de l’homme, ne sont  adaptées pour parvenir d’elles-mêmes  à faire cette expérience.

Il revient à la tradition carmélitaine de rappeler cette vérité (pour plus d’informations sur cette tradition, n’hésitez pas à vous rendre sur la page du Carmel en France en suivant ce lien : www.carmel.asso.fr.)

Qu’entend-on par « prière silencieuse avec le corps » ?

Cette pratique prend en compte la définition de la prière contemplative par saint Jean de la Croix : « être dans une pure attitude de recevoir ». Cette « pure attitude de recevoir » suppose le calme du mental, pour demeurer dans l’ouverture à Dieu qui nous transforme. Comment la conscience du corps et celle de la respiration y participent-elles et sont-elles points d’appui pour le priant ?

La conscience du corps

La conscience du corps est sollicitée par quelques gestes simples coordonnés à la respiration ; elle conduit à la détente musculaire qui entraîne le calme du mental. Elle présente un triple intérêt : elle favorise la prise en compte et le respect de notre être tel que le Créateur l’a conçu pour Le louer, elle participe à un meilleur équilibre psychologique, elle aide à laisser monter à la conscience les émotions, les blessures afin de les remettre au Seigneur. Cette démarche devient chemin de pardon envers soi et les autres, dans la miséricorde du Père qui s’exprime alors en nous.

Cette relation au corps développe l’intériorité, la conscience de ce qui est vécu au quotidien vers une conversion de tout l’être qui devient plus disponible à l’Esprit Saint dans l’abandon à la Grâce, ouverture vécue à tous les niveaux qui nous constituent. La pratique de la prière silencieuse avec le corps donne des repères pour vivre ce que l’on appelle les « distractions » pendant l’oraison. Celles-ci, selon leur nature, sont abordées de différentes façons, pour mieux nous disposer à devenir disponibles à l’Esprit Saint. Ainsi, au fil de la pratique, se vit une intimité plus grande avec le Seigneur, une participation à la vie trinitaire.

La conscience de la respiration

La conscience de la respiration liée à la conscience du corps est chemin d’ouverture et d’abandon en Dieu afin de laisser le Christ habiter ce que nous vivons pour le remettre au Père. C’est un chemin de libération en Christ afin que, guidés par l’Esprit Saint, nous devenions perméables à l’Amour qui se dit en chacun et cherche à se révéler dans le monde. Ouverture à soi, à Dieu, aux autres sont inséparables. La prière contemplative avec le corps est indissociable de l’action dans le monde et de la pratique de la charité. Dans une société qui suscite le stress, elle devient respiration indispensable en Dieu. Elle se pratique non seulement en se retirant quelques minutes des activités du monde mais se prolonge aussi lors des activités dans la vie professionnelle et familiale : le corps devient vraiment un point d’appui, « temple de l’Esprit ». Tous les niveaux de l’être sont peu à peu transformés, restructurés : niveaux corporel, affectif, cognitif, spirituel, trouvent leur cohérence en Christ.

Ensemble

La pratique de la prière silencieuse avec le corps s’adresse à tous : enfants, adultes, personnes âgées, malades et bien-portants. Les nombreux témoignages reçus sont pour nous signes de sa pertinence pour nos contemporains.

Quelle place pour la Parole de Dieu dans cette pratique de l’oraison ?

Le temps d’oraison avec le corps suppose la fréquentation de l’Écriture: Ancien et Nouveau testaments, Epîtres.Il peut précéder ou suivre la lecture des textes sacrés. Il est pratiqué individuellement mais aussi en Eglise, au sein de groupes de prière. C’est pourquoi il prend place dans la paroisse et dans divers secteurs de la pastorale.